Feu ! contre le bourrage de crânes

Un travail à deux voix avec Mathieu Dion et Jean-Christophe Gamet avec chansons de poilus servies avec de l’Antésite ou de la Soupe Mise en scène: Fabrice Dubusset Scénographie et lumières: Sylvain Desplagnes

Depuis le début de la guerre de 1914-1918, Albert Londres se bat contre la censure. Le travail des correspondants de guerre est règlementé de façon tatillonne. Le reporter s’insurge et ruse autant qu’il le peut. Parfois la censure interdit en totalité certains de ses reportages.

C’est dans cet état d’esprit, rebelle et acharné à dire la vérité, que Londres couvrira jusqu’à la fin de 1918 la plupart des fronts de la Grande Guerre: France, Belgique, Italie, Allemagne bientôt occupée, etc.Tous les reportages d’Albert Londres concernant la guerre de 1914-1918 portent la trace de sa révolte « contre le bourrage de crâne ». Il devient bientôt « indésirable » et se retrouve en tête d’une liste noire établie par l’état-major comme « mauvaise tête » ! Le haut commandement déposera même une plainte contre lui pour « insolence » et « insubordination » auprès de la direction du Petit Journal, qui soutiendra néanmoins le grand reporter.

L’article de La Montagne est disponible en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduire »